img

06

07/20

La vie de bureau post-confinement.

06-07-2020

Trois mois sont passés. Vous étiez confinés chez vous, angoissés, stressés, peut-être inquiets, ou déboussolés au mieux. Vous avez passé ce cap tant bien que mal, essayant de maintenir un équilibre vie perso/vie pro. En regardant en arrière, vous n’êtes pas peu fiers du chemin parcouru et vous vous êtes même découverts des qualités personnelles telles que la résilience ou le sens du dépassement. Malgré tout, (c’était inévitable), il est temps de retourner au bureau. Place au déconfinement, alors que la pandémie est toujours là. Replonger dans sa routine ou faire de nouveaux aménagements ? Voici quelques conseils pour vous accompagner.

Il serait fou de croire que "déconfinement" signifie "retour à la normale". La pandémie est toujours présente et cela implique que les précautions restent de mise (distanciation sociale, gestes barrières, etc.). Les répercussions économiques de la crise sanitaire sont conséquentes pour tous et les entreprises sont impactées dans leur fonctionnement même. Il est donc important d’aborder la reprise avec lucidité.

En tant que manager/dirigeant, vous aviez en plus de votre mandat habituel, une responsabilité supplémentaire durant le confinement ; responsabilité qui prenait une dimension psychologique pour fédérer les équipes et maintenir une dynamique professionnelle. De même, post-confinement, votre rôle reste double. Il ne faut surtout pas penser que vous retrouvez vos équipes "comme avant", minimisant ainsi l’impact de cette période sur le mental des troupes. Par conséquent, la première de vos initiatives devrait être d’autoriser vos collaborateurs à s’exprimer. Un moment de discussion individuel ou collectif (selon ce qui vous semble le plus approprié) sur comment a été vécu le confinement pourra vous aider à y voir plus clair et en apprendre plus sur leurs inquiétudes et attentes. Vous serez ainsi à même d’adapter vos décisions et de contextualiser pour mieux servir votre stratégie. En écoutant vos collaborateurs, vous pourrez également avoir une meilleure appréciation du travail effectué pendant le confinement, des problématiques rencontrées et des moyens mis à disposition pour les solutionner. En effet, lorsqu’on est en attente de résultats en tant que manager, on a tendance à penser que les équipes n’en font jamais assez. Avec cette situation incommode, vécue à un niveau individuel avec plus ou moins de difficultés, il est plus profitable d’analyser, pour comprendre les causes et les effets.

Sur le plan pratique, le retour au bureau implique également des réaménagements dans la routine. Par exemple, il n’est plus possible (du moins pour le moment) de miser sur les teambuildings et autres activités de rassemblement pour galvaniser l’esprit d’appartenance, l’entraide, l’esprit d’équipe, etc. Il faut donc faire preuve d’imagination, en élaborant plus souvent une organisation en équipe-projet et en veillant à les constituer de manière hétéroclite pour favoriser les rencontres.

Il est aussi important de capitaliser sur l’expérience acquise pendant ce confinement, notamment sur la question de la digitalisation. Beaucoup ont été forcés de réadapter leurs process et renforcer l’utilisation des NTIC. Il serait dommage de mettre aux oubliettes ces mécanismes qui peuvent considérablement alléger ou fluidifier les procédures. De même, l’expérience du télétravail est aussi à reconsidérer si elle permet à l’entreprise de gagner en flexibilité.

Le déconfinement se prépare également à un niveau plus individuel, en tant que collaborateur. Malgré la sédentarité forcée, certains ressentiront une grande fatigue, plus morale que physique, certainement induite par la charge émotionnelle. La reprise sera encore plus difficile pour ceux qui ont été directement impactés par la maladie, ceux qui ont perdu un proche, etc. Il y a donc une dimension psychologique très importante à prendre en compte. N’hésitez pas à solliciter une écoute si vous considérez que vous n’êtes pas dans les meilleures dispositions pour reprendre le chemin du bureau. Par ailleurs, les dispositions prises par votre employeur, comme le chômage partiel, peut aussi avoir joué sur votre sentiment d’insécurité. Se demander si on est « indispensable » et mettre en doute votre légitimité au sein de l’entreprise est naturel et compréhensible. Il faut cependant comprendre que ces décisions sont circonstanciées et vécues par un ensemble de personnes. Soyez évidemment préparés à l’éventualité de mesures encore plus drastiques, mais ne stressez pas outre mesure. C’est le moment de réfléchir à son plan de carrière et d’en discuter ouvertement avec son manager.

Ainsi donc, que l’on soit manager ou pas, le retour au bureau après confinement reste un challenge. L’important à retenir est que le collaboratif reste le meilleur allié de la performance. Chacun peut à sa manière apporter sa pierre à l’édifice en gardant à l’esprit que les difficultés sont passagères et que tout le monde est impacté. De fait, il est plus que nécessaire de convoquer l’engagement collectif et la solidarité.