img

22

10/20

Les DG face à la Covid-19 : Interview de Sarah Boissy LOPEZ, DG d’ÉLÉPHANT VERT SÉNÉGAL.

22-10-2020

A l’échelle mondiale, les problématiques environnementales actuelles amènent à concevoir une nouvelle économie qui déploiera des outils favorisant le développement durable. C’est à travers cette conjoncture que ces dernières années ont été témoin d’une prise de conscience quant aux effets néfastes de l’économie non responsable sur l’environnement, notamment dans le secteur agricole.

ÉLÉPHANT VERT, groupe Suisse implanté en France ainsi qu’au Nord et à l’Ouest de l’Afrique, propose un service lié à un modèle agricole écologique. L’organisation est basée sur une offre d’engrais et de pesticides naturels prouvés économiquement et environnementalement propices quant au développement durable.

Toutefois, la Covid-19 dans l’industrie agricole est source de multiples contraintes concernant les changements organisationnels liés au respect des nouvelles mesures sanitaires. Madame Sarah Boissy LOPEZ, Directrice Générale d’ÉLÉPHANT VERT SÉNÉGAL, nous éclaircit sur les changements auxquels l’entreprise a dû faire face ainsi que sur les maintes problématiques du secteur agricole liés à cette crise sanitaire.


Pouvez-vous vous présenter ?

Directrice d’ÉLÉPHANT VERT Sénégal depuis Décembre 2019, j’ai à mon actif plusieurs années d’expériences au sein de différentes directions du Groupe.

Attachée de Direction et Assistante de Projets de Formation, j’ai eu tout au long de mon parcours professionnel à travailler en collaboration avec des structures où j’ai acquis une polyvalence et une maîtrise de ma fonction qui caractérisent mon potentiel actuel.

Quel est le secteur d’activité de votre entreprise ?

Le Groupe ÉLÉPHANT VERT a pour vocation la production, le développement et la commercialisation de services, d’intrants et de solutions biologiques pour l’agriculture.

Face à cette crise pandémique, quels ont été les premiers et principaux obstacles rencontrés quant à la gestion de votre entreprise ?

L’obstacle majeur a été le problème de mobilité restreinte dû au confinement qui a compliqué nos relations de proximité avec notre clientèle cible et nos potentiels clients se trouvant, pour la plupart, dans les différentes régions agricoles du Sénégal.

Vient ensuite la mise en veille, par manque de visibilité, de tous les projets qui étaient en cours, remettant en question l’implication des tous nos partenaires aussi bien financiers que techniques.

En tant que dirigeante d’entreprise, comment avez-vous sauvegardé une dynamique professionnelle de vos équipes ?

Nous avons mis en place, pour ce faire, des procédures de fonctionnement adaptées au contexte, à travers des processus tels que le télétravail, l’organisation de réunions virtuelles fréquentes pour maintenir le contact humain, des réunions en présentielle en comité restreint, dans le respect des mesures sanitaires, et la mise en place de forums d’échanges communs à tous, via des plateformes de communication internes.

A ce moment précis de la reprise des activités, comment se porte votre entreprise ?

L’entreprise se remet de l’inertie causée par la limitation des activités. Nous nous investissons dès lors à combler le « gap » et à accélérer la phase de relance « post Covid-19 »

Quelles sont vos principales projections quant au futur du secteur d’activité dans lequel vous opérez ?

Les projections sont optimistes dans la mesure où cette crise a mis en évidence la dépendance du pays quant aux denrées et intrants de première nécessité souvent importées, d’où l’urgence de se rendre auto-suffisant dans les secteurs clés comme celui de l’agriculture qui est le nôtre et qui est un des piliers de notre économie.

L’obligation pour nous d’assurer la fertilité et la durabilité des productions agricoles nous ouvre dès lors un potentiel conséquent pour la valorisation des terres agricoles.

Êtes-vous confiante face aux prochains mois ?

Nous restons bien entendu confiants, d’autant plus que ces problèmes conjoncturels constituent des défis qui nous permettent de consolider et d’améliorer nos acquis.