img

09

06/20

Les DRH face au Covid-19 : Interview de Sofia IFRAH, DRH Afrique de Alcon.

09-06-2020

Alcon Afrique a très tôt pris toutes les mesures sanitaires nécessaires afin de protéger ses collaborateurs, tout en sauvegardant le bon déroulement de ses activités. Dans l’instauration rapide et l’efficience des nouvelles méthodes de travail, la préservation de la santé et la sécurité des collaborateurs, la fonction RH a joué un grand rôle. Madame Sofia IFRAH, Directrice des Ressources Humaines Afrique de Alcon, actrice majeure durant cette période inédite, nous retrace son expérience ainsi que son plan d’actions.


Depuis le début du confinement, quels ont été les grands changements vécus par votre entreprise et comment vos collaborateurs vivent cette crise ?

Je ne vais pas revenir sur le caractère inédit et inattendu de la crise que nous vivons actuellement. Il est clair que personne n’était préparé à faire face aux défis rencontrés, tant sur le plan économique que social.

Des entreprises ont ainsi choisi, par principe de précaution ou suite à la baisse des commandes des clients ou par manque d’approvisionnement de matières premières, de suspendre leurs activités, tandis que d’autres ont choisi, à l’instar de notre entreprise, de poursuivre leurs activités en prenant les précautions d’usage et en mettant en place de nouveaux dispositifs adaptés tels que le télétravail, travail par rotation, etc.

Pour notre part, nous ne sommes pas encore en mesure d’évaluer de manière précise les impacts économiques de cette crise, mais il est clair que notre activité a connu un sévère ralentissement dû à la régression des activités de nos clients, mais également celles de nos fournisseurs et prestataires.

En interne, et à l’instar de la grande majorité des entreprises partout dans le monde, nous avons très tôt appliqué les recommandations de notre maison-mère ainsi que celles des autorités locales, d’abord celles liées aux mesures d'hygiène et de protection des collaborateurs, puis celles concernant l’instauration du télétravail. Cela a induit nécessairement de fortes perturbations tant au niveau du business que du mode de travail et du rendement de l’ensemble des collaborateurs.

Ainsi, après une première phase d’organisation et d’adaptation, je suis heureuse de constater que mes collègues ont rapidement « pris le pli », puisqu’ils se sont globalement bien adaptés à cette nouvelle situation qui est, je le répète, inédite.

 

Quelle a été votre responsabilité en tant que DRH et comment avez-vous géré la situation ?

Les DRH se sont très vite retrouvés en première ligne de cette bataille d’adaptation. En effet, la fonction RH est plus que jamais sollicitée pour gérer cette phase et apporter les éléments de réponses à la fois au Top Management et aux collaborateurs, puisqu’elle est au cœur des cellules de crise et des plans de continuité d’activité mis en place par les entreprises. Les RH sont également une force de proposition en assurant une veille juridique et sociale, une communication régulière et en proposant des solutions d’organisation et d’accompagnement quelle que soit la décision prise par l’entreprise (arrêt, réduction ou continuité d’activité).

Pour revenir à notre cas, et comme précisé précédemment, nous avons opté pour la continuité de nos activités. Pour ce faire, nous avons érigé la préservation de la santé et la sécurité des collaborateurs en priorité et en principe fondamental du dispositif de lutte contre le COVID-19. Nous avons donc très rapidement déployé sur les lieux de travail les produits et équipements recommandés par les instances compétentes (masques – solutions hydroalcooliques, produits de désinfection, etc.), en plus de la formalisation et la diffusion des instructions d’utilisation et d’élimination des produits usés ainsi que l’adoption et le respect des mesures de distanciation et des gestes barrières.

Ces décisions ont induit une adaptation rapide de nos habitudes de travail telles que les réunions, les regroupements, la restauration sur le lieu de travail, les déplacements …

La mise en place du télétravail a été la mesure la plus impactante mise en place dès l’instauration du confinement sanitaire par les autorités du pays. A noter que nous avons veillé en amont à mettre très tôt en télétravail les collaborateurs jugés à risque (de santé fragile, ou ceux empruntant les transports en commun).

La nature de notre activité nous permet heureusement de mettre la grande majorité de nos collaborateurs en télétravail, chose qui a été déployée très rapidement grâce à la mobilisation de nos équipes IT.

Nous avons en parallèle mis en place une charte de télétravail qui cadre cette nouvelle forme de travail et donne les clés nécessaires aux managers pour la pratique du management à distance.

Nous arrivons pour le moment à maintenir les postes et les salaires pour l’ensemble de nos collaborateurs. Nous n’avons donc eu à gérer aucun cas de licenciement ou de réduction de salaire, Dieu merci !

L’autre aspect important que la fonction RH a du gérer en urgence concerne les aspects de communication. Nous avons ainsi mis en place un dispositif de communication interne pour communiquer sur les règles et instructions mises en place pour faire face au COVID-19. Les collaborateurs ont en effet besoin de réponses rapides, claires et concrètes pour être orientés et rassurés.

C’est en période de crise comme celle que nous vivons que la fonction RH est appelée à jouer pleinement son rôle de réel Business Partner, créatrice de valeur pour l’entreprise.

 

Comment la crise pandémique a-t-elle impacté vos recrutements ?

Il est évident que la survenance de la crise a sonné l’arrêt (provisoire) des process de recrutements qui étaient en cours. Comme précisé précédemment, les impacts économiques du Covid-19 ne sont pas encore clairement mesurés puisque le virus est encore là. Nous sommes d’ailleurs toujours confinés et il est compliqué pour nous de poursuivre nos recrutements pour le moment, tant pour des raisons économiques que pratiques.

 

Quelles sont vos prévisions en termes de réorganisation après le déconfinement ?

La crise sanitaire a été un véritable disrupteur technologique, puisqu’elle a profondément et soudainement modifié les schémas de travail au profit de l’instauration de nouvelles organisations et de nouvelles pratiques basées sur le digital.

Nous nous sommes rendu compte que nous pouvions faire différemment. La question qui se pose est pouvons-nous faire différemment et mieux ?

Je reste convaincue que le principe du télétravail restera de mise, pleinement pour certains, partiellement pour d’autres, ce qui impliquera de nouvelles adaptations de la part de la fonction RH.

Il s’agira d’un côté de prévoir un cadre juridique complet pour cette nouvelle méthode de travail, et de l’autre d’adopter de nouveaux réflexes de la part des managers pour tenir compte de l’effet de distance pour maintenir l’engagement des collaborateurs et conserver, voire renforcer à distance la dynamique de groupe.

Tel est le véritable défi RH post-Covid !